La cranberry

grapppe de craneberry

Sommaire

 

La cranberry : qu'est ce que c'est ?

Petite baie rouge appartenant à la même famille que les myrtilles, la cranberry est cultivée avant tout au canada et en Amérique du Nord. Elle possède une vaste panoplie de substances précieuses comme le phosphore, le potassium ou le sodium, mais aussi de la vitamine C et de nombreux antioxydants. Reconnue pour ses effets bienfaisants sur la santé de la vessie et dans la prévention de la cystite, la cranberry renferme une large gamme de flavonoïdes, de puissants antioxydants.
Ceux-ci permettent notamment de neutraliser les radicaux libres du corps et, ainsi, de prévenir l'apparition de diverses maladies liées au vieillissement et des maladies cardiovasculaires. La cranberry est la meilleure alliée des sportifs, car elle aide l'organisme à compenser les pertes de zinc et de magnésium.

Par ailleurs, des recherches ont montré son efficacité à lutter contre les calculs rénaux, et elle contribue également à prévenir ou soigner les maladies de la bouche telles que les gingivites ou parodontites. De tous les fruits connus actuellement, la cranberry est le plus riche en antioxydants.

L'histoire de la cranberry

 


Connue depuis des siècles, la cranberry, aussi connue sous le nom de canneberge, était utilisée par les Amérindiens qui l'employaient pour prévenir et traiter divers troubles du foie, du système digestif, des reins et du sang et surtout pour soigner les infections des voies urinaires.

Les baies étaient aussi consommées pour prévenir et guérir le scorbut. Appliquées en cataplasme, elles étaient employées pour le traitement des blessures cutanées.
La plante fut rapidement adoptée par les Européens immigrés en Amérique du Nord, tant pour ses usages culinaires que pour ses propriétés médicinales. A partir du milieu du XIXe siècle, des médecins allemands commencèrent à se servir de la cranberry pour prévenir et traiter l'infection urinaire.

Délaissée après la Deuxième Guerre mondiale, ses vertus médicinales ont connu un réel regain d'intérêt à partir des années 1960.

Ses effets positifs pour lutter contre les infections urinaires

En France, près de deux millions de femmes souffrent chaque année victimes d'infections urinaires récidivantes. Très douloureuses et handicapantes, il n'existe pourtant que peu de remèdes pour les soigner. Le traitement de référence généralement employé par les médecins repose sur la prise d'antibiotiques, qui diminue le taux de récidive.

Cependant, la résistance des bactéries aux antibiotiques est de plus en plus fréquente, et la prise en charge des malades peut alors relever du casse-tête. Aux Etats-Unis, le jus de cranberry est consommé depuis de nombreuses années comme remède principal de ces infections urinaires, et se développe de plus en plus en France.

Les scientifiques ont d'abord pensé que l'effet antibactérien de la cranberry venait du fait qu'elle acidifiait l'urine, mais ont ensuite découvert que cet effet était minime. Son effet prophylactique est attribuable au fait qu'elle contient plusieurs composants spécifiques qui empêchent les bactéries d'adhérer aux parois des voies urinaires et, par conséquent, de s'y multiplier.

De nombreuses études, menées sur des centaines de personnes, ont souligné ce résultat. La cranberry est essentiellement efficace en prévention des infections urinaires, et réduit considérablement le risque de récidive chez les patients souffrant de ce type de problème. Ainsi, selon une étude parue dans le British Medical Journal en 2001 et menée par des chercheurs finlandais, boire 2 verres de 250 ml de jus de cranberry par jour réduit de 50 % les risques de récidive de cystites chez la femme.

Cette étude a convaincu l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), qui recommande la consommation de cranberry pour lutter contre les maladies de la vessie. De même, d'après un article paru dans la revue médicale britannique Cochrane Review, consommer régulièrement du jus de cranberry limite la prolifération des bactéries responsables des infections urinaires.

Une mine d'or pour votre corps !

Les multiples propriétés des polyphénols, présents en grande quantité dans la cranberry, engendrent un effet bénéfique sur le système cardiovasculaire. Par exemple, son jus peut augmenter la concentration de bon cholestérol (HDL), mais aussi favoriser la diminution des particules LDL oxydées, qui sont notamment à l'origine du processus d'athérosclérose, et réduire également l'agrégation des plaquettes.

Une étude publiée en 2011 a prouvé que le jus de cranberry stimule les molécules anti-oxydantes présentes dans le sang et diminue les particules LDL oxydées. Dans un autre registre, la cranberry permet de prévenir et traiter l'ulcère gastrique. En effet, la bactérie Helicobacter pilori cause environ 60 % à 80 % des ulcères gastriques. La consommation régulière de jus de cranberry contribue à réduire la concentration et la prolifération de cette bactérie dans l'estomac des sujets souffrant de cette maladie de façon chronique.

Enfin, comme les ingrédients actifs de la cranberry réduisent l'adhésion de certaines bactéries aux tissus, les chercheurs s'intéressent de près à leurs effets bénéfiques sur la gingivite et sur l'hygiène buccale en général.

Comment la consommer?

Vous trouverez dans le commerce (grande distribution, boutiques spécialisées, Internet?) des boissons à base de cranberry qui renferment jusqu'à 50% de jus, le reste étant constitué d'eau et de sucre ou de fructose, qui présentent l'avantage d'être à la fois délicieux et excellents pour la santé.

Pour bénéficier des effets positifs de la cranberry, il est recommandé de boire de 250 ml à 500 ml de cocktail de cranberry par jour, ou de prendre deux fois par jour une à six capsules de 300 mg à 400 mg d'extrait concentré de cranberry. Vous pouvez également consommer de 125 mg à 250 mg les fruits frais ou congelés par jour.

Quelle que soit la forme choisie, il est préférable de consommer la cranberry juste avant les repas ou au moins deux heures après avoir mangé. De plus, il est très important de boire beaucoup d'eau, particulièrement si vous souffrez d'une infection urinaire ou que vous prenez des capsules ou des comprimés composés d'extrait de cranberry déshydraté. La canneberge est très bien assimilée par le corps humain et peut même être consommée par les femmes enceintes ou allaitantes, et ne présente pas d'effets secondaires spécifiques.
Enfin, il faut noter que chez les enfants de moins de 18 ans, la quantité maximale de jus de cranberry consommée quotidiennement doit être inférieure ou égale à 300 ml, des doses supérieures pouvant être néfastes.

 

 

banniere ginseng hiver