L'astragale

plante astragale

Communément appelé « Huang QI » en Chine (l'énergie jaune en français), l'astragale est reconnu pour ses bienfaits sur le système immunitaire. Il est utilisé aussi bien en médecine traditionnelle chinoise qu'en médecine moderne. Riche en molécules de cycloastragenol, il serait un excellent activateur de télomérase dans les cellules stressées et âgées de l'organisme pour l'amélioration des fonctions cellulaires et le ralentissement du vieillissement.

Présentation de l'astragale

De son nom scientifique « Astragalus membranaceus », l'astragale est une plante chinoise de la famille des légumineuses. Il est différent de l'« Astragalus gummifer », une plante du même nom qui pousse au Moyen-Orient et dont le rôle est de fournir de la gomme adragante. Dans l'arsenal thérapeutique de la Médecine traditionnelle chinoise, une place importante est accordée à la racine d'astragale, et ceci, depuis plusieurs siècles. Il y a plus de 20 siècles, cette plante a été identifiée comme ingrédient indispensable dans la thérapie « Fu Zhen » et tonique supérieur dans le « Shen Nong Ben Eao Jing ».

Il existe environ 2 000 types d'astragale, mais c'est celui de la Chine qui est reconnue pour ses effets médicinaux. Il pousse généralement au nord du pays, plus précisément dans la province Hellongjlang, et s'étend jusqu'à la montagne de Sichuan. On le retrouve souvent à plus de 1500 mètres d'altitude. Pour des besoins de phytothérapie, il est aujourd'hui cultivé dans les campagnes chinoises et américaines.

En Médecine traditionnelle chinoise, l'astragale est utilisé pour revigorer les méridiens du poumon et de la rate, stimuler l'énergie et renforcer les défenses naturelles de l'organisme.

Composé d'ingrédients actifs très puissants (flavonoïdes, polysaccharides, saponines...), des oligo-éléments (sélénium) et des acides aminés, il a une action tonifiante sur le système immunitaire et une action antioxydante et protectrice contre les virus et les bactéries. Cette plante est aussi idéale pour la réduction des oedèmes et la protection des fonctions hépatiques.

Les bienfaits de l'astragale en médecine moderne

 


Pendant longtemps, les essais cliniques réalisés par les chercheurs chinois dans le cadre de la médecine moderne ont suscité plusieurs interrogations de la part de leurs confrères européens. Ces derniers accordaient peu de crédit aux conclusions selon lesquelles, l'injection intraveineuse d'un extrait d'astragale serait efficace sur certaines maladies : tuberculose (1), cancer (2), hépatite (3), traumatisme abdominal (4), etc. Malgré tout, les scientifiques chinois ont persévéré jusqu'à inscrire l'astragale dans le célèbre manuel de référence « Chinese Herbal Medicine Materia ».

C'est ainsi que les extraits de cette plante sont officiellement prescrits depuis plusieurs décennies contre la fatigue, la faiblesse générale et les maladies chroniques.

Ce n'est qu'à partir du XIXe siècle que la médecine américaine s'est intéressée à cette plante au travers des travaux réalisés par l'école de médecine éclectique du pays. Ces travaux étaient essentiellement portés sur sa capacité à stimuler le système immunitaire.

Quelques années plus tard, des dizaines de toniques à base de racines d'astragale ont inondé le marché américain. Ensuite, les Japonais ont emboité le pas aux Américains en enregistrant cette plante dans le répertoire national de la pharmacopée.

Les travaux réalisés par le scientifique d'origine russe Nicolaï Lazarev en 1947 ont permis de faire définitivement la lumière sur son action protectrice contre les attaques microbiennes, la malnutrition, les blessures et les intempéries, sa capacité à augmenter la résistance au stress et son effet tonifiant sur le système immunitaire.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, il nomma toutes les plantes qui ont approximativement les mêmes vertus que l'astragale « Adaptogènes ».

Par la suite, d'autres chercheurs (5) ont démontré que les polysaccarides contenus dans l'astragale permettraient une résistance accrue de l'organisme aux virus, une résistance aux effets immunosuppresseurs des produits de chimiothérapies et une importante action anti-âge.

Ses autres vertus

Aujourd'hui, il n'y a plus aucun doute sur les preuves de son efficacité sur l'organisme en général. Utilisé en combinaison avec d'autres plantes comme le ligustrum, il permettrait de lutter efficacement contre les cancers du poumon, du col de l'utérus et du sein.

De même, l'astragale contient des molécules de cycloastragenol qui font partie de la composition du TA65 (6). Ce dernier est un activateur de télomérase dont le rôle est de régénérer ou de maintenir la taille des télomères.

Selon la science des télomères, l'organisme humain comporte des chromosomes dont les extrémités sont protégées par des petits bouchons nommés « télomères ». Plus l'âge évolue, plus les cellules meurent et entrainent la dégradation de ces bouchons. Ce qui est directement lié au vieillissement.

zoom sur un télomère

En 1990, il a été scientifiquement prouvé que la cause du vieillissement serait le raccourcissement des télomères et que l'activation de la télomérase dans les cellules dégénérées pourrait améliorer leur capacité de régénération. Cette découverte a valu le titre de prix Nobel de la médecine 2009 aux auteurs. Les scientifiques de la firme T. A. Sciences se sont donc penchés sur les conclusions de cette découverte pour créer la TA65, un complément alimentaire capable de ralentir le processus de raccourcissement des télomères.

Sources :

(1)    : Niu HR, Lai ZH, Yuan L. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16421421 /Zhongguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi. 2001 May; 21(5):349-50.
(2)    : McCulloch M, See C . http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12577419 / J Clin Oncol. 2006 Jan 20; 24(3):419-30.
(3)    : Tan YW, Yin YM, Yu XJ. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12577420 /Zhongguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi. 2001 May; 21(5):351-3.
(4)    : Wu J, Wang YX, et al. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16571280 / Chin J Integr Med. 2006 March;12(1):29-31.
(5)    : Wang D.C., « Influence of Astragalus membranaceus polysaccharide FB on immunologic function of human periphery blood lymphocyte », Zhonghua Zhong Liu Za Zhi, 1989, 11:180-183.
(6)    : http://www.ta65.fr/

 

 

banniere ginseng hiver